Les hommes Ford

Maurice Dollfus

Chargé par le conseil d’administration de Ford de trouver des terrains capables de recevoir un nouvel ensemble industriel, il retiendra Poissy pour construire cette nouvelle usine dont les travaux débuteront au second semestre 1938. Il devient président de Ford SAF à l’été 1940. Le 2 septembre 1944, il est arrêté pour collaboration et transféré à Drancy. Il est très vite libéré (comment pourrait-on s’en prendre à la filiale d’un allié ?). En octobre 1945, il reçoit des mains de l’état major américain un fanion, une éminente distinction octroyée aux sociétés dont la production a participé à la victoire.

Après guerre, Dollfus ramène des Etats-Unis, deux projets inédits :

  • Une voiture particulière. Petit modèle imaginé par Dearborn en 1941. Il va bientôt s’appeler « Vedette »,
  • Un moteur diesel, 6 cylindres, pour camion dit « Hercules »    Maurice Dollfuss est poussé à la démission, par les américains, à l’été 1949. Il reste officiellement en poste jusqu’au 1er janvier 1950, date à laquelle il devient à 66 ans président d’honneur.

François Lehideux

La Ford motor company fait ratifier à la tête de sa filiale française, François Lehideux, ancien administrateur des usines Renault, ancien ministre de Vichy et président du COA (comité de l’organisation de l’automobile et du cycle) de 1940 à 1944. La gestion de Lehideux est contestée et Walter McKee (financier cost killer) secondé par Francis C. Reith prend l’entreprise en main en 1953. Henry Ford II, a déjà fait ses choix : repositionner ses intérêts européens en Grande-Bretagne et en Allemagne. Il faut vendre Poissy. Les constructeurs ne se précipitent pas, il ne reste que Simca

Walter McKee & Francis C. Reith

A l’évidence, ces deux hommes ont été dépêchés à Poissy pour se débarrasser d’une affaire qui coûte cher et qui ne rapporte rien. Francis C. Reith est nommé vice-président directeur général de Ford SAF, et rencontre en février 1953, H.T. Pigozzi. Léon de Rosen, directeur général de Simca, est chargé de faire de façon informelle, le tour d’horizon des questions pouvant intéresser les deux firmes. Au printemps 1954, Reith dévoile l’intention de la Ford Motor Company, de quitter la France pour se replier sur l’Angleterre et l’Allemagne. L’usine de Poissy est donc à vendre. La reprise par Simca est annoncée en juillet 1954, avec application au 1er décembre, Ford conservant 15% des actions, Francis C. Reith entre au conseil d’administration de Simca.